Détails




On se focalise maintenant sur la deuxième étape ? Pérou et Bolivie, on en reparle très très vite en détail car vous avez l’air aussi impatients que nous de faire ce film ! Et pour ceux qui arrivent, voici le descriptif de ce projet :

« L’ENQUÊTE CONTINUE », vous a-t-on dit à la fin de GIZEH 2005 : non seulement elle continue, mais elle se précise et va nous permettre d’en savoir davantage sur ces énigmatiques « bâtisseurs » et sur leur message, tant scientifique que philosophique, qui nous serait selon Jacques, adressé à travers le temps. Pour ceux qui découvriraient le sujet avec cette page, il va vous falloir une petite mise à niveau, sinon vous risquez bien de vous demander dans quel étrange monde vous avez atterri !

Alors si ce n’est pas déjà fait, après « LA RÉVÉLATION DES PYRAMIDES », récemment diffusé sur RMC Découverte, le visionnage de ce film (ci-dessous) vous éclairera sur le travail de recherche de Jacques Grimault.

En tapant nos noms sur le net, vous aurez accès à une multitude de pages, dont certaines particulièrement gratinées où on vous dira en gros que nous sommes des escrocs, des charlatans, des sectaires ou encore des illuminés, ce qui, à notre époque, tend hélas à devenir synonyme de libre penseur (et peut s’avérer être une raison pour s’intéresser aux propos de la personne afin de se faire sa propre idée), mais vous y trouverez aussi des films, documents et interviews, dont GIZEH 2005 constitue à ce jour la plus abordable de Jacques (en terme de durée, sinon vous en avez une de nous deux de 6H30 – oui, vous avez bien lu – donnée à la radio Ici & Maintenant, liens en bas de page).

Beaucoup d’entre vous se sont passionnés pour ces recherches et vous êtes nombreux à avoir découvert par vous-mêmes des éléments habituellement ignorés ou méconnus, tels que par exemple, ces étonnants sites mégalithiques, la plupart constitués de murs polygonaux d’apparences similaires, un peu partout à la surface de notre planète, du Pérou à la Russie, en passant par certains sites de l’Équateur penché, l’Italie (qui les connait ?) la Grèce, l’Espagne, l’ile de Malte, la Crète… ou encore ces stupéfiants temples sculptés dans la pierre, comme ceux d’Ellora présentés dans le film de présentation de ce projet et comme l’église de Lalibela en Éthiopie, mais aussi à Petra en Jordanie, à Naqsh-e Rustam en Iran, etc. Sans oublier ces « grottes » de l’Inde, aux finitions étonnamment contemporaines d’aspect.

Ce nouveau film va s’intéresser en détail à l’île de Pâques, à « l’équateur géomagnétique », à la géologie et à son lien avec l’activité magnétique de notre planète, aux mathématiques encore et toujours, histoire de clouer le bec de ceux qui ne jurent que par l’illusion statistique (ou le hasard pour parler plus clair), et autres surprises : il ira bien plus loin que ce qui a été dit à ce jour, car il est maintenant nécessaire de rentrer dans le détail et de commencer la mise en place de cette démonstration annoncée par Jacques… nous aurons l’occasion de vous lâcher quelques bribes de temps en temps, comme c’est souvent le cas en conférences, mais nous garderons secrète l’intégralité du scénario, et vous comprendrez pourquoi lors de sa sortie.

Notre objectif est de livrer idéalement le film terminé en décembre 2016 si tout se déroule comme prévu… mais sortant de 8 années de galères en tout genre, sachant à quel point ce projet n’est pas simple et déchaine les passions, je préfère rester prudent… sachez néanmoins que pour vous comme pour nous, le plus tôt sera le mieux.

Nous allons morceler les tournages en autant d’étapes que nécessaire et nous commençons par cette première partie consacrée à l’île de Pâques.
6eba8f1c491dd110c8886bfca1e027

PREMIÈRE ÉTAPE : L’ÎLE DE PÂQUES

Nous nous y rendons en Mars, avec tout le matériel pour rapporter de superbes images (une caméra Red et deux caméras Sony, un drone, du gros matériel photo et éventuellement un système de capture de séquences en 360°).

Nous allons rapporter de ce tournage toutes les images nécessaires à la fabrication de la séquence dédiée à l’île de Pâques dans le prochain film (vous n’êtes pas au bout de vos surprises…), une ou deux interviews, des photos pour la réalisation du livre Rapanui 2016 (qui présentera en détail l’île et tous ses sites), des séquences de making of, afin de partager les moments forts du tournage avec tous ceux qui auront contribué, et éventuellement des séquences en 360° déclinées sur smartphones et tablettes, afin de pouvoir visiter les sites virtuellement depuis chez vous.

Nous envisageons aussi une interview de Jacques sur place pour la réalisation d’un petit film parallèle : nous verrons en fonction de notre emploi du temps qui s’annonce d’ores et déjà très serré car nous ne dormirons que très peu… mais ça, ce n’est pas un problème en soi.

L’ÉQUIPE

Elle se compose de Jacques, de sa femme Vesna, notre interprète, de Laurent, notre directeur de production, d’Alexandre et de Raphael aux prises de vues, de Pedro aux photos et au making of, de Thomas, un de nos coproducteurs qui va nous assister et de votre serviteur, à savoir Patrice, le réalisateur de ce nouveau film. C’est une « grosse » équipe, mais ce tournage doit nous permettre de rapporter un maximum d’images afin d’alimenter le prochain crowdfunding international, qui servira à financer la deuxième étape : tout ce que nous allons faire à partir de ces images et photos va nous permettre d’alimenter la suite du financement.

LE FINANCEMENT TOTAL DU FILM

Comme je l’ai dit à diverses reprises, le système classique ne veut pas de ce sujet traité sous cet angle. Même cas pour les média, pour lesquels nous n’existons pas. On se demande bien pourquoi vu que la polémique est pourtant leur fond de commerce, mais l’explication la plus évidente est qu’il faut fournir un important travail d’investigation pour aborder sérieusement ce sujet, sinon « on y croit » ou « on n’y croit pas » – ce qui n’est, rationnellement parlant, pas très constructif, vous en conviendrez. Les (très) rares à m’avoir appelé souhaitaient une interview de deux à trois minutes, ce qui fait s’étrangler ceux qui me connaissent. Parler de ce sujet en deux minutes, c’est rigoureusement impossible.

Avec le système classique, nous ne maîtrisons plus en outre les diffusions, or nous souhaitons qu’il puisse être accessible par tous dès qu’il sera prêt : quoi de mieux que le net pour ça ? Ce qui est un plus pour le public devient un moins pour la filière traditionnelle, ce qui nous coupe donc de toutes subventions ou pré-achats de chaines de télés, d’où notre présence sur Ulule.

À distribution différente, financement différent. Si je suis en quelque sorte le « capitaine » de ce projet, je n’ai jamais considéré en être le propriétaire, et Jacques non plus : je le fais à mon idée, à partir de la matière qu’il me donne et de celle que je peux trouver, du raisonnement qu’il me propose et des acquis de mon long et pragmatique travail de recherche et de réflexion commencé en 1999. Raison pour laquelle nous nous sommes rabattus sur ce mode de financement participatif, car en réalité, c’est pour vous que je travaille, et c’est ce qui va nous garantir une totale indépendance, ne souhaitant plus jamais être entravés comme nous l’avons été ces dernières années.

Pour être plus concret, les ventes du livre RAPANUI 2016 ainsi que de nouvelles conférences et produits dérivés vont nous procurer une certaine autonomie de production, et nous avons d’ores et déjà tissé de nombreux liens à travers le monde pour obtenir notamment des images de lieux difficiles d’accès, pour des raisons d’instabilité géopolitique ou autres.

Il est clair que nous partons tourner sans savoir de quoi demain sera fait, mais coûte que coûte, nous avancerons. Nous sommes confiants, car conscients que le sujet passionne beaucoup de monde sur la planète (alors que la situation nous a totalement échappée, mon film « LA RÉVÉLATION DES PYRAMIDES » a été vu plusieurs dizaines de millions de fois dans plus d’une vingtaine de pays, et Gizeh 2005 va maintenant sortir en anglais). Tout comme vous qui êtes ici à me lire et qui pensez probablement « voyons voir où ces deux types vont nous emmener », beaucoup veulent en savoir plus, ce qui se comprend, vu qu’il reste tant à montrer et à dire.

Nous lancerons un deuxième crowdfunding, international cette fois, en mars ou avril, afin de mettre en place la deuxième étape, plus coûteuse, concernant la méso-Amérique et le Pérou : certains lieux que vous connaissez probablement déjà, mais dont vous découvrirez de nouvelles facettes et d’autres que vous ne connaissez peut-être pas encore.

Des financiers privés commencent à comprendre ce mode de diffusion particulier choisi : le net. Ils se décideront d’autant plus facilement à co-financer ce projet en voyant l’engouement du public et nous permettront d’obtenir ce qu’il nous manque.

LES CONTREPARTIES

Vous allez trouver deux types de contreparties, en fonction de votre philosophie de vie et de vos attentes.

Les « contreparties classiques », pour lesquelles vous recevez quelque chose en échange de votre contribution et les « contreparties ouvertes » (marquées d’un *), pour lesquelles vous n’attendez aucun autre retour que la réalisation du documentaire et sa diffusion.

Nous avons décidé cela car certains nous ont spontanément fait des dons sur notre site, sans rien demander en retour : tout comme nous avons fait sauter les intermédiaires pour notre livre GIZEH 2005 (awayanfilms.com) afin d’être cohérents dans notre démarche et de pouvoir l’imprimer en France sans sacrifier la qualité sur l’autel de la distribution, la philosophie qui préside notre société de production se veut respectueuse du travail et des personnes.

Sachez que les contreparties classiques ont un coût de fabrication et de port, qui vient directement diminuer le montant effectif de votre participation, tandis que les contreparties ouvertes sont intégralement versées au budget du film, moins les 8% de commission d’Ulule (dont hélas 3% de commissions bancaires…). Dans tous les cas, faites comme bon vous semble, quelque soit votre apport, il nous permettra d’avancer librement.

POUR CONCLURE

C’est donc pour vous le moment de vous positionner. Soit vous tournez la page et vous retournez dans « la vraie vie » vaquer aux occupations modernes, soit vous ouvrez la porte de la recherche et vous vous efforcez de vous forger un véritable point de vue sur cette embarrassante question, reposant sur des faits concrets… connaissant cette voie pour l’avoir empruntée il y a maintenant un petit bout de temps, je ne peux que vous y encourager, car on ne perd rien à s’interroger et à réfléchir par soi-même, bien au contraire : on y gagne la véritable liberté, celle de penser et d’être, ce qui n’a pas de prix.

Si vous optez pour cette seconde voie et que vous décidez de participer à la réalisation de ce film, alors nous vous en remercions chaleureusement. Beaucoup nous écrivent des messages de remerciement et de soutien et nous confient ne pas vouloir prendre part aux guerres de tranchées absurdes qui ont lieu sur le net : il est grand temps que cette majorité silencieuse, dont vous faites probablement partie, se manifeste en soutenant à hauteur de ses moyens notre initiative, mais aussi en relayant l’information, car vous vous doutez bien que nous n’avons ni les moyens ni l’envie de dépenser de l’argent en publicité alors qu’il serait plus utile à la fabrication du film. Si chacun en parle autour de lui, vous imaginez la puissance de communication que nous pouvons obtenir ?

Alors c’est parti : c’est ici et c’est maintenant que… l’enquête continue !

Vous remerciant pour votre intérêt, avec respect et confiance,

Patrice,

le 26 janvier 2016, à Paris (et bientôt en tournée pas loin de chez vous)

Source

Catégorie:

CULTURE, ETHIOPIE, HISTOIRE, MONDE