Détails

La CIA est soupçonnée d’avoir voulu tester les effets de la drogue LSD à Pont-Saint-Esprit. En 1951, les habitants avaient été pris d’étranges hallucinations.

En août 1951, la population de Pont-Saint-Esprit, dans le Gard, fut frappée par un mal inhabituel: un empoisonnement au pain qui provoqua des hallucinations collectives et la mort pour certains. Cette affaire de santé publique n’a jamais été élucidée. Ce fait divers fit grand bruit dans la France d’après-guerre où le pain était l’aliment de base et où, du fait des fréquentes pénuries, l’Etat assurait la répartition de la farine.
En pleine torpeur estivale, plusieurs habitants de Pont-Saint-Esprit sont soudain pris de maux étranges après avoir mangé du pain. Une première personne décède. La presse, en mal de sujets en cette période de l’année, saute sur l’affaire. Un climat de panique s’installe. Dans les jours qui suivent, plusieurs personnes sont prises de crises de démence spectaculaires, comme si elles étaient sous LSD, une substance hallucinogène. D’autres succombent, la peur se propage dans tout le pays…

De violentes hallucinations
Des dizaines de personnes avaient été internées en institutions psychiatriques, cinq d’entre elles avaient succombé. Un homme avait notamment sauté du deuxième étage en hurlant « je suis un avion », relatent nos confrères de Sudpresse. Il avait ensuite continué à courir jusqu’à son interception. Un enfant avait voulu étrangler sa mère. Léon Armunier, le facteur du village, s’était senti très fatigué après avoir mangé un quignon de pain. Il a ensuite été hospitalisé, et subissait de vives hallucinations : « Mon père se voyait rétrécir. Il voyait des monstres et des serpents », raconte sa fille Michelle.

Le boulanger accusé
Craignant une contagion, les autorités désignent tout de suite un coupable: le boulanger qui clame son innocence. Il s’est d’ailleurs suicidé quelques années après. On soupçonne d’abord l’ergot de seigle, un champignon parasite contenu dans certaines mauvaises farines et qui avait provoqué des symptômes similaires… au Moyen-âge, comme l’ont décrit les tableaux de Jérôme Bosch. Mais l’origine de l’empoisonnement n’a en fait jamais été élucidée.

Une opération de la CIA ?
Un journaliste américain, Hank Albarelli, révèle dans son livre « A Terrible Mistake », qu’il pourrait bien s’agir d’une opération de la CIA, l’agence de renseignement américaine, afin de tester les effets du LSD à grande échelle. Le LSD est d’ailleurs la version synthétisée de l’ergot de seigle. Il se base sur une conversation entre un agent de la CIA et un scientifique de Sandoz, une entreprise suisse qui produisait à l’époque du LSD qu’elle fournissait notamment à la CIA.
Des documents da faisaient alors référence à l’ « incident de Pont-Saint-Esprit ». Cette opération aurait été nommée « MK/Naomi ». Dans un premier temps, les agents auraient tenté de le pulvériser dans l’air, mais seraient ensuite parvenus à le faire ingérer à la population, probablement via le pain.

SOURCE DE L’INFO ICI

Et si la CIA avait empoisonné le «pain maudit» de Pont-Saint-Esprit…

2013-05-27_233451

Voir aussi : Le cannibale de Miami ravive la peur de l’arrivée des zombies